Le chemin Riverside près d'Alexandra en 1938. À droite, l'école de la municipalité entre 1861 et 1875. (Fonds SHM)

Le chemin Riverside près d’Alexandra en 1938. À droite, l’école de la municipalité entre 1861 et 1875. (Fonds SHM)

Il y a eu, dès 1830, une première école de rang, desservant le Mouillepied, située sur le chemin du Petit-Saint-Charles (la rue Saint-Charles à Greenfield Park), à l’angle du chemin de la Côte Noire, devenue le chemin Tiffin. Les petits Lambertois du bord du fleuve devaient alors marcher une bonne distance pour s’y rendre. Cette école, vendue en 1885, n’existe plus, son site étant dans l’axe du boulevard Alexandre-Taschereau, à l’angle de la rue Saint-Charles, à Greenfield Park.

En 1851, lors du prolongement du chemin de fer venant de La Prairie, la compagnie Champlain &  St. Lawrence Railroad fait construire dans le futur village de Saint-Lambert, une gare, des ateliers et une dizaine de maisons. Sur un plan de 1854, apparaît une école sise entre le bâtiment abritant maintenant le commerce de la famille Castonguay et l’édifice à logements de trois étages qui domine cette partie de l’avenue Victoria. Elle sera connue comme l’école du Grand-Tronc, du nom de la compagnie ferroviaire qui débute alors la construction du pont Victoria. Nous ignorons si elle n’était ouverte qu’aux seuls enfants des employés de la compagnie de chemin de fer ou si tous les enfants des environs y avaient aussi accès ? Ce bâtiment sera démoli vers 1940.

En 1860, la toute jeune municipalité de Saint-Lambert achetait de Moïse Trudeau un terrain sur le chemin du bord de l’eau, afin d’y construire l’année suivante une école municipale commune. On n’y compte qu’une salle de classe et un logement pour l’instituteur ou l’institutrice, qui doit être bilingue, l’école étant biconfessionnelle. La petite maison existe toujours au 95 du chemin Riverside, près de l’avenue Alexandra. En 1875, la partie de Saint-Lambert située entre les actuels boulevards Union et Simard est détachée pour redevenir partie du territoire de la municipalité de paroisse Saint-Antoine de Longueuil ; la terre de Moïse Trudeau y est incluse. L’école n’est donc plus dans la municipalité de Saint-Lambert et doit être fermée. Dès lors, deux commissions scolaires sont formées, l’une pour les catholiques et l’autre pour les protestants.

On construit en 1876 une école plus centrale sur la place du Village, qui desservira d’abord les deux communautés avant d’être réservée aux seuls protestants. Elle sera utilisée une vingtaine d’années, jusqu’à la construction en 1896 de l’actuelle école Saint-Lambert sur la rue Green. L’édifice de la place du Village servira alors d’hôtel de ville jusqu’en 1899 au moment où il sera détruit par les flammes. En 1891, après quelques années d’errance en divers lieux, les enfants catholiques, quant à eux, auront leur école mixte, couplée à une chapelle, sur le même terrain qui verra la construction du couvent en 1910. Faute d’espace, les garçons sont transférés en 1905 dans le haut du presbytère, avenue Lorne, avant de retourner occuper l’école du bord de l’eau, devenue libre après l’ouverture du couvent. Ils ont finalement leur propre école, l’académie Saint-Michel, ouverte en 1915 sur l’avenue Lorne. La chapelle-école est alors démolie.

Old School House, photo probably before 1897

L’école du centre du village, construite en 1876 sur l’avenue Victoria. Elle servira d’hôtel de ville après 1896. (Fonds SHM)

Au fil des ans, la population de Saint-Lambert augmente. On construit alors les écoles Merton (Margaret-Pendlebury) et Victoria Park (1924), des Saints-Anges (1925), puis plus tard, Rabeau (1958), Préville (1959) et St. Francis of Assisi (1960).

(2012-2015)